Rechercher
  • Karine Hanselmann

la psychologie contemplative

Mis à jour : 29 sept. 2018

Je résume ci dessous le livre de Jack Kornfiel« Un cœur sage ». Ce livre est un guide des enseignements universaux de la psychologie bouddhiste.

« O vous, les bien-nés, souvenez vous de votre vraie nature rayonnante, l'essence de votre esprit. Faites lui confiance. Retournez vers elle. Elle est votre patrie. »

Extrait du Livre des Morts Tibétain.


En Introduction : trois principes de la psychologie bouddhiste.

1°La bonté fondamentale : Le principe le plus important de cette démarche thérapeutique est qu'il existe dans tout être humain un noyau de beauté, de bonté et de sagesse et une lumière intérieure.

A certains moments, nous pouvons nous aider à recontacter ce noyau sain, en changeant de perspective en présence d'une personne avec qui nous parlons.

Chaque personne est arrivée sur terre comme un « infans », un tout petit « bébé », vulnérable et dépendant, comme nous-mêmes et comme toutes personnes que nous rencontrons. Cela fait du bien d'être prêt à reconnaître cette innocence à certains moments de notre vie d'adultes.


Le but de ce principe est d'ouvrir le regard qui se trouve derrière les murs qui semblent nous protéger mais qui nous enferment aussi. On peut s’entraîner, c'est plus difficile les jours où l'on se sent stressé, à considérer toute personne que nous rencontrons comme porteuse de la bonté fondamentale, momentanément on fait attention à ses qualités plutôt qu'à ses défauts. Observez alors comment votre interaction est influencée par votre attitude et de quelle manière cela agit sur votre cœur, comment votre cela transforme la relation, même dans le cadre de votre travail.


2) La compassion

« Tu es parfait tel que tu es . Mais bien sur, il y a encore de quoi t'améliorer »

Maître zen Shunryu Suzuki.

Du point de vue de la psychologie bouddhiste, la compassion est une réaction tout à fait naturelle. Dans le monde des phénomènes c'est reconnaissable en commençant , par exemple, par le bébé dans le ventre de sa mère : si l'un des deux tombe malade, l'autre le devient automatiquement. De la même façon , nous sommes reliés au corps terrestre. Les minéraux se retrouvent dans les graines que nous mangeons et donc dans notre propre corps.

Les nuages deviennent l'eau que nous buvons, l'oxygène qu'exhalent les arbres devient l'air que nous respirons. Plus nous sommes conscients de notre destinée commune, plus nous ressentons de la compassion, pour la terre entière. De plus,

certains résultats de recherches en neurosciences ont mis en évidence un substrat physique à la compassion.


En 1980 un savant italien, Giacomo Rizzolati et son équipe ont découvert un certain type de cellules qu'ils ont baptisé « neurones miroirs ». Depuis lors, ces cellules ont été étudiées de plus prés. Le bilan de ces observations montre que ces cellules sont capables de d'appréhender les sentiments, le mouvements et les intentions de la personne qui nous fait face. Les chercheurs pensent que cette empathie naturelle fait partie du « cerveau social », un circuit de distribution neuronal qui nous relie avec les autres êtres vivants à chacune de nos rencontres.

Pour la psychologie contemplative, la compassion est une réaction naturelle, intuitive de notre corps.


3) La conscience :La conscience est lumière, la clarté et le rayonnement sont dans sa nature mais elle est assombrie, obscurcie par les attachement qui s'y greffent peu à peu.

Anguttara Nikaya

Le troisième principe est la conscience. Habituellement nous la considérons comme allant de soi. Nous ne la reconnaissons pas , tout comme le poisson ne reconnaît pas l'eau dans laquelle il nage.C'est la raison pour laquelle nous nous concentrons sans cesse sur le contenu de nos expériences, sur ce qui se passe dans notre corps, dans nos ressentis et dans nos pensées. Mais, il se trouve que la conscience reçois des impressions à chaque fois que nous bougeons, écoutons ou que nous pensons. Il importe de sonder la nature et la fonction de la conscience pour que nous puissions vivre en sagesse.

La capacité d'attention, d'observation de la conscience sans se laisser embarquer dans l'expérience, est libératrice et remarquable. La force transformatrice de l'observation qui amène tout naturellement vers la capacité d'attention est une des bases de la psychologie contemplative. Les outils les plus performants pour explorer la conscience sont le don d'observation et l'attention.


3a Un Exemple de la pratique de l'attention : la plongée dans le flux des sons :

Choisissez un endroit tranquille où vous êtes confortablement installé. Fermez vos yeux. Laisser votre corps se reposer. Vous respirez à votre propre rythme calmement. Prêtez l'oreille au sons qui parviennent jusqu'à vous . Portez votre attention : sont-ils lointains ou très proches, sont-ils puissants ou faibles? Comment naissent-ils, comment s'atténuent-ils , comment disparaissent-ils? Laissent-ils une trace de leur passage ? Puis peu à peu laissez cette attention prendre expansion dans tout l'espace qui vous entoure puis s'étendre bien au-delà, vers le ciel. Imaginez que votre esprit n'a pas de limites, laissez le s'élargir dans toutes les directions.


Détendez vous dans cet ouverture...


Maintenant tous les sons que vous entendez que ce soit des voix humaines, des voitures, le vent ou juste un bruissement deviennent comme des nuages dans le ciel, ils prennent naissance puis se dissolvent à nouveau. Laissez les sons advenir puis disparaître au cœur de votre attention. Au bout de quelque temps vous pourrez percevoir des sensations, des pensées, laissez les naître et se dissoudre sans aucune résistance. Que les images, les sensations soient agréables ou désagréables laissez tout survenir puis repartir, comme les nuages dans le ciel clair de votre esprit.


Vous remarquerez alors, que votre corps se manifeste clairement. L'esprit n'est pas seulement dans le corps, les réactions du corps apparaissent et disparaissent dans l'espace de votre esprit.


La respiration se fait d'elle même, elle se déplace à la manière du vent et vous sentirez que le corps n'est pas une densité fixe. Il peut se vivre comme tendreté ou une tension, un fourmillement ou une sensation de chaleur ou de fraîcheur. Reposez vous à l'intérieur même de cette ouverture, laissez couler les sensations, laissez les changer, se transformer. Les pensées et les images, les sensations et les bruits sont comme des nuages dans l'espace ouvert de votre attention.


Maintenant tenez compte de votre conscience elle même. A quel point l'espace qu'ouvre l'attention est clair, transparent, intemporel, sans conflit.Cet espace laisse advenir ce qui est, sans poser de limites ceci est votre véritable nature.Restez-y, faites lui confiance, c'est votre véritable demeure.


3b Il y a ainsi un certain nombre de principes à retrouver ou à fortifier lors des séances.

Ces principes sont tout à fait adapté aux situations vécues dans la vie de tous les jours. Ce qui change est que la psychologie contemplative vous offre des points de vue nouveaux, à partir desquels vous pourrez contempler les aspects de votre vie qui vous posent question, sous un angle différent. Cela permet de trouver des solutions nouvelles à des questionnements douloureux qui se sont transformés peu à peu en souffrance.


Avec l'accompagnement et l'écoute de votre thérapeute qui comme un ami compatissant est présent pour partager et soutenir ce chemin vers votre propre « être là » au monde.. Votre conscience se libère petit à petit des entraves et des peurs qui sont inévitablement présentes au cours des étapes obligées de la vie de tout être humain.